© 2019 par BrahmaShakti. Créé avec Wix.com

Turbulences et paradoxes

Mis à jour : mars 22



Gérer l'ingérable... C'est ce que nous tentons de faire à l'heure actuelle. Bien que cela soit un phénomène normal, il est temps de se dire les vraies choses: C'est impossible, c'est peine perdue. Si nous continuons ainsi, c'est notre santé mentale globale, cette conscience collective humaine qui en sera lourdement affectée. En faits, c'est déjà commencé et ce texte a seulement pour but de soulever quelques faits qu'il nous faut voir dès maintenant. Peut-être avez-vous déjà vu ceux-ci et si c'est le cas, c'est une excellente nouvelle. Je vous invite alors à partager ce texte à tous les esprits ouverts qui pourraient être intéressés ou à qui il pourrait être utile.


La seule chose qui ne change pas dans la vie, c'est le changement. Le changement est inhérent à la vie, à l'évolution de celle-ci. Nous sommes dans une période riche de cette évolution qui veut trouver de nouveaux chemins, de nouvelles façons de s'exprimer. La vie nous montre de nouveaux horizons et nous demande d'appréhender de nouvelles façons de faire. Elle nous pousse dans nos retranchements en nous invitant à l'intimité. À l'intimité avec nos proches mais surtout à l'intimité avec nous-même. Nous avons maintenant plus que jamais à décider de la façon dont nous voulons passer ce temps que nous avons soudainement en plus grande quantité. La façon dont nous voulons entrer en relation avec nos proches et avec nous-même. Parce que c'est la seule chose que nous contrôlons à l'heure actuelle.


La promiscuité, le stress et le désoeuvrement sont sources de conflits potentiels. Nous sommes invités à revoir la façon dont nous entrons en relation les uns avec les autres. Et bien qu'il soit normal qu'il y ait quelques soubresauts au départ, nous sommes invités à mettre de côté nos vieilles façons de faire, nos modes dualistes de fonctionnement pour nous ouvrir à l'autre et transformer nos rapports en des rapports authentiques. Il ne sert à rien de cacher notre vulnérabilité et le sentiment de fragilité dans lequel nous nous trouvons à l'heure actuelle. Il procède de notre nature humaine, une nature que nous sommes invités à reconnaître et avec laquelle nous sommes invités à reconnecter. Il ne sert à rien non plus de transmettre nos angoisses et faire porter aux autres le poids d'états qui NOUS appartiennent. Tous les états de conscience que nous traversons, les bons comme les moins bons nous appartiennent et sont passagers. En ces temps de turbulences, plusieurs états nous traversent et c'est normal. Ils ont pour but de nous faire évoluer et de nous transformer. Le but est que ce soit en une meilleur version de nous-même et non le contraire. Mais pour ce faire, ces états doivent être accueillis et le sens de ceux-ci doit être compris pour finalement être intégrés en nouvelles façons de faire et d'être. Le seule moyen de se transformer dans la vie c'est celui-là: Accueil dans la bienveillance de tout ce qui transite par la Conscience - compréhension de tous les phénomènes et expériences - intégration et changement dans la globalité de l'être.


Il existe quelque chose d'encore plus contagieux que le COVID 19. Cette chose s'appelle "l'émotion". Les émotions sont très contagieuses et il faut en être conscient. Les émotions se véhiculent via notre champ vital, notre énergie. En ce moment, le champ énergétique terrestre subit d'importantes modifications. Tout est amplifié et tout se transmet beaucoup plus rapidement. La Conscience ne fait pas de distinctions entre ce qui est bon ou mauvais, c'est l'humain qui procède de cette façon. Dans la Conscience tout s'équivaut et tend vers l'équilibre. Tout est propice à l'évolution. Les parts plus sombres de nous-mêmes se manifestent plus fortement et cela aussi, c'est normal. Le but est de faire remonter à la surface, tous ces vieux paradigmes qui n'ont plus lieu d'être, qui doivent nous quitter. Quittons les sereinement, dans l'ouverture à l'autre et la communication. Exprimons librement ce qui nous habite, sans projection, ou du moins, en étant conscient de ce que nous projetons. Nous projetons continuellement, sachons le voir. C'est la seule façon pour que nos rapports ne dégénèrent pas.


Une augmentation du nombre de cas de violence domestique est déjà signalé. Maintenant plus que jamais, nous sommes également invités à être attentif à notre prochain. Le confinement ne simplifie pas les choses, c'est vrai. Mais si vous êtes témoin de quoique ce soit, c'est notre rôle en tant qu'être humain de devenir plus solidaire de notre prochain. Nous sommes aussi invités à cela. Nous sommes invités à la collaboration, la solidarité et l'entraide. Plusieurs personnes vivent des situations d'isolement auxquelles elles ne sont pas préparés. Apprendre à vivre avec soi c'est primordial dans la vie. Mais quand la chose n'était pas planifiée et que nous n'avons pas eu la chance de nous y préparer, cela peut être drôlement confrontant. Si nous pouvons arrondir les angles et tendre la main à notre prochain, ne serait-ce que par quelques minutes de conversation au travers une porte ou une fenêtre ouverte, c'est déjà bien.


Nous sommes invités à revenir dans notre COEUR. Il est temps de sortir de notre tête, il n'y a plus grand chose à y faire pour le moment de toute façon. Le travail est au ralenti, voir inexistant. Les soucis financiers peuvent être là, en arrière plan, mais tout le monde est dans le même bateau et les institutions financières ne pourront pas rappeler les prêts de tout le monde en même temps. Elles aussi devront faire preuve d'un peu de compassion si elles veulent que ce système économique se maintienne un tant soit peu. Il est donc temps, plus que jamais de changer notre perspective. D'entrer un peu plus d'universel dans le personnel... De voir que nous sommes tous et toutes une seule et même espèce prise sur le même bateau. Un bateau qui part lentement mais sûrement à la dérive, un peu plus chaque jour.


Ce n'est que le début. Cela aussi il faut le dire et le répéter. Le début d'autres bouleversements à venir. Et comme le disait Darwin: Ce n'est pas l'espèce la plus forte ou la plus intelligente qui survit, mais celle qui sait s'adapter aux changements. S'adapter aux changements c'est impossible lorsqu'on vit à partir d'un modèle où c'est chacun pour soi, un modèle basé sur l'individualisme. Non, si l'humain a survécu au fil des siècles c'est qu'il a su coopérer lorsque c'était le temps. Et bien, c'est le temps plus que jamais. La coopération est impossible s'il n'y a pas d'ouverture. D'ouverture à l'autre. Tant que vous voyez l'autre comme séparé de vous, que ce soit par une race, une couleur, un sexe, une culture, une croyance ou une opinion, il vous sera très difficile de mettre de l'eau dans votre vin.


C'est une illusion. Une illusion qui prend place dans VOTRE TÊTE. Sortez de celle-ci et descendez dans votre coeur. C'est là que vous sentirez que nous sommes tous et toutes identiques. Une vérité profonde en ce sens s'y trouve. C'est l'invitation qui nous est faite, mais c'est aussi une question de survie. Ceux qui n'y parviendront pas sont destinés à souffrir, à beaucoup souffrir. Alors, si vous voulez voir les choses de façon individuelle ou même égoïste, prenez maintenant conscience que de vous ouvrir à l'autre vous permettra de survivre et de moins souffrir. Prenez conscience que de sortir de votre zone de confort sera plus confortable au final que d'y rester. C'est un paradoxe, un très beau paradoxe.


Mais la vie est faite de paradoxes. Nous y sommes, nous sommes en plein dedans...


❤️


BrahmaShakti

39 vues