Le ciel intérieur


C’est l’été, il fait beau et chaud et je me plais ces temps-ci à contempler le ciel. Toutes ces formes que prennent les nuages, la façon dont ils défilent dans le ciel, leurs couleurs en fonction de la quantité d’eau qu’ils transportent. Tout ceci me fascine. Le jeu de la création ne cesse de me plonger dans la contemplation et je suis toujours subjuguée par les parallèles entre les manifestations de la nature et celles de notre nature humaine.


Comme les nuages se chargent d’eau, mon cœur est remplit de beaucoup d’amour en ce moment. Un amour qui se déverse, selon les circonstances, aux gens qui traversent la vie que je suis. C’est la pensée qui m’est venue ce matin en contemplant le ciel.

C’est ce que le silence produit comme résultat, entre autres. Un lieu où le ciel et la terre se rejoignent en nous.


Un lieu vaste où l’extérieur et l’intérieur se rejoignent à l’horizon de notre conscience.


Imaginez que votre sphère mentale soit libre de toutes ces pensées que vous avez. Toutes ces choses que vous ne comprenez pas ou cherchez à comprendre. Tout ces soucis, petits et grands que vous avez pour vos proches, votre avenir, votre santé ou le devenir de ce monde qui nous polarise tellement à l’heure actuelle. Toutes ces mémoires d'événements du passé sur lesquels vous ne pouvez plus revenir mais qui sont là quelque part et font parfois remonter des émotions et des réactions que vous aimeriez pouvoir éliminer de votre vie. Toutes ces croyances que vous transportez avec vous, qui vous amènent dans des jugements, des comparaisons ou des façons de vous voir meilleur ou pire que la personne devant vous.


Que se passerait-il si votre esprit était « vide » mais aussi immuable que ce ciel qui est toujours là, présent à chaque matin de votre vie, peu importe les circonstances, la température ou les saisons? Si l’espace qu’occupe habituellement vos pensées était en arrière plan, comme ce ciel qui est toujours là, comme toile de fond où se peignent les nuage, le vent, la pluie, la neige, le soleil, la lune ou les étoiles? Si tout votre être était silencieux comme ce vide intersidéral où le son ne peut trouver sa place en l’absence d’atmosphère?


Vous seriez traversé par la vie, conscient du caractère éphémère de tout ce qui défile dans notre existence, ouvert à accueillir la pluie pour que le soleil puisse briller de nouveau, joyeux d’accueillir l’orage passager qui permettra de faire reverdir l’herbe et peut-être sauver les récoltes. Heureux d’accueillir la chaleur du soleil, cette lumière qui amène l’évaporation de cette eau chargeant les nuages, comme l’amour gonfle notre cœur et l’emporte dans un élan qui ne cherche qu’à s’offrir aux autres.


Vous comprendriez la nature véritable de l’être humain, cet espace d’ouverture à l’expérience terrestre et vous verriez que tous les humains sont comme les nuages. Que nous provenons tous de la même source. Comme cette eau à la surface du globe qui ne fait pas de distinctions d’où elle ira, lorsque de là-haut elle se déversera de nouveau sur nos champs ou dans la mer.


Tout serait comme le bleu azur du ciel: clair et limpide. La lucidité régnerait en roi et maître et plus aucune atmosphère dans votre environnement ne perturberait votre silence sidéral, votre paix et votre joie. Les drames de l’ego plus omniprésents que jamais en cette période où celui-ci est fortement ébranlé dans cette propension à résister aux changements, seraient vus comme des fluctuations normales dans une conscience en évolution. Vous comprendriez que dans la nature immuable de la vie, les changements sont omniprésents. Ainsi en va-t-il du paradoxe de l’existence terrestre.


Vous passeriez plus de temps à vivre la vie plutôt qu’à la planifier ou tenter de la contrôler et feriez de même avec votre prochain: Vous le laisseriez libre de vivre sa vie et d’avoir ses opinions. Mais vous seriez aussi soucieux de leur bien-être et prendriez la responsabilité de tous vos actes et paroles, afin que l’intégrité de chaque forme de vie sur cette planète soit préservée. La notion de personne, cette entité où le JE prédomine laisserait place à quelque chose de plus vaste où le NOUS deviendrait votre réalité quotidienne.


Oui, la nature a de bien belles choses à nous apprendre sur notre nature véritable et le miracle d’harmonie présent en nous. Un miracle que nous avons malheureusement perdu de vue dans un monde où nous avons maintenant à passer de l’amour que nous avons pour notre petite personne, l’image que nous projetons, le confort et la consommation ainsi qu’à notre avidité pour le pouvoir à un pouvoir plus grand. Celui de l’amour et de la bienveillance. Un pouvoir qui amène tolérance, ouverture et paix dans nos vies.

❤️



BrahmaShakti

© 2019 par BrahmaShakti. Créé avec Wix.com