© 2019 par BrahmaShakti. Créé avec Wix.com

L'éveil et la Conscience

Mis à jour : mars 11





Les gens ont toutes sortes de croyances au sujet de "l'éveil". Je lis et j'entends parfois des choses complètement flippantes qui me font sourire. D'autres me rendent un peu tristes. Oui, cela m'arrive. Tout le monde vit des difficultés, y compris ce que ce marché spirituel appelle les "éveillés" 🙄. C'est un terme qui est excessivement galvaudé est de plus en plus vide de sens, mais bon, il demeure encore celui qui est le plus véhiculé. Alors, allons-y joyeusement dans la "déconstruction" d'un mythe au sujet des "éveillés" et parlons d'un aspect fort mal véhiculé à l'heure actuelle qui entraîne une difficulté importante à mon sens.


Je vais partir d'un "sous-mythe" pour articuler mon propos. Cette pseudo-croyance que nous ne vivons plus d'émotions. Ben voyons donc... Les émotions font partie de notre nature humaine et c'est un merveilleux cadeau que nous avons reçu de la création. Elles nous permettent d'explorer une couleur de la vie que les autres espèces du règne animal n'ont pas la chance de vivre avec la même subtilité que nous. Le regard sur les émotions, l'appropriation de celles-ci ou l'amplitude de celles-ci changent considérablement, c'est vrai. Mais toute cette vie qui nous habite est là pour être exprimée! Lorsque vous vous sentez vivant, vous avez une tonne d'émotions, le goût de les exprimer, le goût de chanter et de danser, non? Cela ne vous arrive-t-il jamais? Et bien, un "éveillé", c'est quelqu'un qui est connecté à la Source de la vie elle-même. Alors vous dire toute la vie que nous sentons nous traverser, c'est plutôt difficile à décrire. Oui, il y a un calme prédominant qui vient avec le silence et c'est ce qui peut parfois donner cette impression de détachement chez certains, cette "impression" que rien ne peut plus nous atteindre.


S'il est vrai que nous devenons plus difficilement perturbables, cela ne veut pas dire que nous ne ressentons plus rien, au contraire! Nous ressentons tout... C'est très puissant et béatifique par moments et le sentiment de communier à la vie est très puissant. La difficulté débute d'ailleurs là, à mon sens. Elle réside dans le fait que nous ne nous autorisons pas toujours à nous exprimer complètement ou nous nous limitons dans l'expression de ce vécu intérieur si particulier. Nous nous autorisons à la joie, cela oui! Tous les "éveillés" vous parlent de la joie d'être, moi la première, j'en parle beaucoup. Mais du reste bien peu.


Pourquoi? Pour plusieurs raisons.


C'est beau la joie, surtout lorsqu'elle est toujours là, sans raisons particulières. C'est vendeur la joie, tout le monde aspire à cela. C'est simple la joie, ce n'est pas menaçant, cela ne fait intervenir aucune notion de transcendance trop nébuleuse ou mystérieuse. C'est aussi propre à la Conscience. Mais La Vie, c'est beaucoup plus que cela...


Toute la spiritualité moderne tourne maintenant autour de la Conscience. Parce que la Conscience implique très peu cette notion du Divin dont nous nous sommes beaucoup éloigné. Notre rejet des modèles religieux à crée cela. Un nouveau vocabulaire plus neutre, des explications plus neutres, une objectivation de tout l'enseignement spirituel. Tout ceci est un peu hypocrite si vous voulez mon avis... Et surtout très contradictoire avec l'authenticité qui vient avec "l'éveil". Je ne m'exclus pas de tout ceci, au contraire. Je suis la première à souvent jouer sur les mots ou danser avec ceux-ci. Le langage a ceci de propre que d'être composé de mots formulés en concepts. Alors, lorsque vient le temps de formuler les concepts, nous avons l'embarras du choix sur les mots que nous choisissons. La langue française est aussi très riches de mots. Vous utilisez ceux-ci pour tenter de définir un état intérieur. Mais c'est un état qui se vit d'abord et avant tout.


"L'éveil" n'est pas une expérience et ceux qui vous disent que nous sommes la Conscience qui s'expérimente elle-même vous expliquent fort mal le truc... De réaliser cela, c'est seulement la première partie du chemin. L'intégration de cette compréhension vous expulse de la vie en tant qu'expérience, et vous permet de vivre celle-ci pleinement. Parce que nous sommes La Vie aussi, pas seulement la Conscience de celle-ci. Nous sommes une foules de choses qui se doivent toutes d'être vues et accueillies. Mais, lorsqu'il n'y a plus rien à voir ni personne à observer, il n'y a plus d'expérience. Et c'est dans ce vécu plein et entier que nous réalisons la Divinité de notre nature.


Si nous sommes honnêtes, nous devons admettre qu'il y a quelque chose de profondément sacré à tout ceci. La conscience d'appartenir à quelque chose de beaucoup plus vaste prédomine dans cet état d'être qui vient avec "l'éveil". L'universalité des choses est au centre de notre vie et l'inexprimable aussi. La complétude qui vient avec cet état d'être ne s'exprime effectivement pas. Cette sortie de la sphère mentale aussi, fait que la vie est appréhendée d'une façon totalement différente. Et l'intelligence à l'oeuvre au travers nous, par ce véhicule qu'est cette fameuse Conscience, est beaucoup plus vaste et mystérieuse que ce qui prédominait dans nos vies avant "l'éveil".


Ils sont de moins en moins nombreux ceux et celles qui en parlent ouvertement de cette façon. Ils sont de moins en moins nombreux ceux et celles qui vous parleront d'autre chose que de la Conscience...


La Conscience, c'est le substrat. C'est la façon dont Dieu se véhicule au travers toute la création, c'est sa manifestation, son jeu. Et nous sommes tous et toutes des jouets de celui-ci, des expressions de la nature Divine qu'est la création. Regardez autour de vous la beauté et la force de la nature, le mystère de l'Univers et la diversité de la faune et de la flore de cette planète. Venez me dire par la suite que tout ceci est banal, normal ou usuel... Si vous voyez les choses ainsi, vous avez perdu de vue l'essentiel. Soit que tout ceci est un miracle d'équilibre, un jeu de forces incompréhensible dont les scientifiques sont encore loin d'avoir fait le tour. Tout ceci est également très beau, d'une perfection qui devait tous et toutes nous émouvoir au plus haut point. Votre Conscience individualisée est le véhicule de ce que vous êtes, c'est au travers celle-ci que vous exprimez votre créativité, votre vérité et votre intelligence. Il en est donc de même pour Dieu. Dieu s'exprime au travers la Conscience, une Conscience immense qui est la matrice de toute son expérience. Il est en amont de celle-ci au soutien de toute cette Conscience qui véhicule tout ce qui compose la création, du plus subtil au plus grossier. Dieu c'est le principe créateur, le Causa Sui, l'origine de toutes choses, l'idée première. Dieu est un Absolu vers lequel nous tendons dans la vie, à différents degrés, consciemment ou non.


Comme être humain, nous sommes un élément de cette création, l'élément privilégié pour l'expression Divine. Exclure le concept du Divin dans l'enseignement spirituel est fournir un enseignement incomplet à mon sens. Celui-ci doit à tous le moins être abordé, ne serait-ce que pour expliquer que le concept s'éloigne considérablement de ce qui en a été véhiculé par les diverses traditions religieuses au fil des siècles. Expliquer également que ceci était peut-être aussi normal dans un contexte de connaissances scientifiques et de compréhension de notre Univers nettement moins développé qu'aujourd'hui. Qu'il était peut-être normal de "personnifier" le concept sous une forme parentale. Après tout, nous sommes tous et toutes des enfants en gestation dans cette matrice qu'est l'Univers...


Mais de cela nous ne parlons plus, ou très peu. Parce que nous voulons garder cette illusion que nous avons encore une forme de contrôle. Lorsque nous nous planquons dans la Conscience, effectivement, nous conservons une forme de contrôle. Nous sommes des observateurs qui regardons la vie et toutes ses manifestations passer, comme des expériences passagères et nous nous donnons ce beau rôle d'être des co-créateurs avec cette fameuse Conscience que nous associons au Divin du bout des lèvres. Mais ce sont surtout nos manifestations intérieures que nous observons. Un jeu où nous sommes un peu seul avec nous-mêmes et très peu en relations avec les autres. Si c'est là une étape importante sur ce chemin pour comprendre ce jeu auquel nous sommes invités à participer, ce n'en est pas la fin... Un jour nous devons revenir à la vie et accepter notre rôle. Un rôle de service. Nous sommes au service de ce parent qui nous a donné la vie, un enfant en apprentissage dans cette matrice, cet Univers, auquel nous communions. Les aspirations que nous portons en notre âme servent à cela: À se mettre au service de la vie et de toutes ses manifestations. À danser avec celle-ci et à en accepter toutes les règles du jeu.


Ces règles ce sont toutes ces émotions qui nous traversent, ces personnes que nous côtoyons et ces défis que nous continuons de rencontrer. De réaliser la nature de ce que nous sommes ne nous exclut pas des règles du jeu, au contraire. Cela nous permet de les comprendre. Nous devons jouer la partie. Se laisser traverser par la vie et participer pleinement à celle-ci. Et c'est généralement lorsque ceci est compris et intégré que nous pouvons enfin commencer à réellement ressentir et vivre pleinement tous les états que je vous ai décrit ci-haut de façon durable et permanente. Nous cessons de survivre et nous commençons véritablement à vivre. Comme des enfants. Comme ces enfants de la Terre, ces enfants du Père que nous sommes. Nous semblons parfois oublier que nous sommes en apprentissage ici et plusieurs aspirent à toucher un état où ils semblent penser qu'ils n'auront plus rien à faire et toucheront à une sorte de repos éternel. Un oubli qui nous fait aussi parfois mettre sur un piédestal certaines personnes plus que d'autres. "L'éveillé" n'est pas différent des autres humains sur cette planète; il est aussi ici pour apprendre. Il peut vous aider à comprendre les règles du jeu et vous libérer de cette illusion dans laquelle nous nous perdons, nécessairement, pendant une partie de notre chemin ici-bas. Parce qu'il est aussi important de comprendre qu'il est nécessaire et normal d'en passer par là. Mais au final, tout le monde est soumis aux mêmes règles du jeu.


Ne commettez pas l'erreur d'établir de nouvelles catégories de personnes, lorsque vous cheminez sur un chemin qui vous amènera à rompre avec les concepts même de personnes, de nationalités, de couleurs ou de sexes. À rompre avec tous les concepts qui génèrent la séparation et la division. L'essentiel est de comprendre que nous sommes tout simplement des fractions qui participons au jeu de l'unité et que vous devrez continuer de jouer la partie selon les règles en place. La libération ce n'est pas de ne plus être soumis aux règles du jeu mais de les comprendre...


❤️


BrahmaShakti

53 vues